Série K

Le monde est à toi

Je ne sais pas si ce livre est une liste de conseils, de consignes, de recommandations ou d’explications. Si c’est mon regard sur le monde, sur toi, sur moi, ou sur nous. Si ce sont des morceaux d’avenir ou des fragments de mémoire. Ou si, tout simplement, c’est une lettre d’amour, la suite du geste que je pose quand je te prends dans mes bras, ton long corps élancé que je ne peux plus attraper en entier, et que je te dis que je t’aimerai toujours…

Dans ce texte sensible, écrit à l’orée de l’essai, Martine Delvaux interroge son rapport à sa fille. Elle ausculte l’amour et réfléchit à ce qu’il y a de féministe en lui. Comment le féminisme l’informe, et comment cet amour (entre une mère et sa fille) informe la pensée féministe. Car peut-on penser le féminisme, demande-t-elle, sans penser l’amour ?

Le monde est à toi

152 pages

978-2-924666-35-7

Martine
Delvaux

Revue de presse

« Le monde est à toi est un texte lumineux, sensible, à la fois très personnel et universel. Cette vision du féminisme m'a beaucoup parlé et inspirée. »

« Ma passion, c’est l’écriture. Après l’amour que j’ai pour ma fille. Et aussi, l’engagement politique. Je suis indignée en permanence. Entrevue avec Martine Delvaux. »

« C'est un livre qui ne s'adresse pas qu'aux adolescentes, il s'adresse à tout le monde. C'est un livre qui demande qu'on puisse réfléchir. Entrevue avec Martine Delvaux. »

Catherine St-Pierre Québec, réveille ! CKIA FM Portraits de femmes Bryan Saint-Louis ÉPILOGUE CKIA FM

« Un livre qui parle autant au cœur qu'à la tête. Une lecture essentielle ! »

« Entrevue avec Martine Delvaux. »

« La parité, c'est un engagement éthique et l'éthique, c'est l'amour de l'autre. Entrevue avec Martine Delvaux.  »

Claudia Larochelle RDI Marie-Louise Arsenault Plus on est de fous, plus on lit ! Dominic Tardif Le Devoir

« Entrevue avec Martine Delvaux.  »

« Ce n’est pas un manifeste féministe ou un guide qui explique comment faire. Ce sont les questions que je me pose comme mère féministe d’une jeune adolescente. Entrevue avec Martine Delvaux. »

Rebecca Makkonen On dira ce qu'on voudra Nathalie Collard La presse

Du même auteur