Romans

Querelle de Roberval

Les ouvriers et ouvrières de la scierie de Roberval sont en grève. Sous l’apparente cohésion de la lutte, on découvre rapidement les revendications plus personnelles de chacun. Ils partagent toutefois un même désir d’échapper à la misère et de se venger de leur boss, Brian Ferland. Alors que le conflit s’enlise, le lockout que décrète Ferland réveille en eux une rage enfouie. La folie s’empare des employé·e·s, qui rejoignent la ronde infernale du beau Querelle, héros de Jean Genet copié-collé dans ce décor québécois, élément de chaos, sable dans l’engrenage de la machine économique, hétérosexuelle et patriarcale. Tout est désormais permis. Ils cassent des bouteilles sur la plage, règlent leurs comptes à coups de batte de baseball. Et puis ils font pire, bien pire…

 

Paru le 26/09/18

 

 

Prix Sade 2019

Prix littéraires 2019 du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, catégorie roman

Dans la sélection du Grand Prix du livre de Montréal 2019

Dans la première sélection du prix Médicis 2019

Finaliste du prix Wepler 2019

Finaliste du Prix littéraire du Monde 2019

Finaliste du Prix des libraires 2019

Finaliste du Prix littéraire des collégiens 2019

 

Querelle de Roberval

288 pages

9782924666524

Kevin
Lambert

Revue de presse

« Je trouve ça intéressant de travailler la langue, qui est la mienne et que je connais, comme un matériau littéraire et de ne pas m’inventer une langue normalisée. Entrevue avec Kevin Lambert »

« Un roman fort où la critique sociopolitique vient interroger le désir et les questions de genre. »

« Entrevue entre René Homier-Roy et Kevin Lambert. »

Catherine Fruchon-Toussaint Littérature sans frontières Stéphane Ehles Télérama René Homier-Roy Culture club

« Un roman magnifique de sincérité et d’élan qui pose la question du langage, du corps, de l’inconscient, de la sexualité… »

« J’écris dans une langue orale, mais pour moi, je n’écris pas la langue des gens. Entrevue avec Kevin Lambert »

« Aux paroles du patronat, aux slogans des militants, Kevin Lambert oppose peu à peu les mots du sexe, de la baise et du cul. Et c'est aussi sauvage que sublime! Vous n’avez pas idée comme c’est chaud! »

Jean Birnbaum Avis critique Penelope McQuade Pénélope Augustin Trapenard 21 centimètres

« Une grève dans une scierie au Québec conjuguée à une grande soif sexuelle. Nous voilà dans le roman brûlant de Kevin Lambert. Entrevue de l'auteur.
 »

« À travers Querelle de Roberval, Kevin Lambert ne guide pas le peuple, il désire, comme le peuple, l’advenue d’un peuple qui doit s’inventer lui-même. »

« Un roman qui donne à voir et entendre, dans une scierie canadienne, une autre condition ouvrière.
 »

Claude Pascal Dans quel monde on vit Jean-Philippe Cazier Diacritik Sylvain Bourmeau La suite dans les idées

« Kevin Lambert lit l'épilogue de Querelle de Roberval.  »

« Un roman sale, brut, un roman qui gêne aux entournures. Les premières lignes coupent le souffle, et les autres cassent la gueule. »

« Je crois à la forme du roman comme conflit. Entrevue avec Kevin Lambert. »

Lettres It Be Marie Richeux Par les temps qui courent

« Un des charmes de Querelle est de maintenir une drôle de parité entre le social et le sexuel. »

« Entrevue avec Kevin Lambert.  »

« J'ai imaginé des scènes comme des toiles antiques pour mettre à mal le réalisme de ma "fiction syndicale". Entrevue avec Kevin Lambert »

Mathieu Lindon Libération Jean-Christophe Laurence La Presse Camille-Élise Chuquet LE nouveau magazine littéraire

« Un roman exploitant magnifiquement la puissance subversive du plaisir cru. »

« Entrevue avec Kevin Lambert. »

« Le texte impressionne par la qualité d’une prose pourtant si jeune. »

Jean Birnbaum Le Monde TV5 Monde Guillaume Perilhou Têtu

« Kevin Lambert réussit avec brio cette hybridation de naturalisme ironique façon Bégaudeau et de lyrisme cru dans la veine Eden, éden, éden de Guyotat. »

« Quel choc! Quelle écriture! C'est cru, acéré, sans compromis. Hallucinant. À croire que Kevin Lambert écrit avec un couteau à la main. »

« Le récit est magistral, construit comme une tragédie grecque riche de sommets de lyrisme et de poésie. Avec ce Querelle, Kevin Lambert signe le puissant roman (noir) de notre époque. »

Sean James Rose Livres Hebdo Danielle Laurin Elle Stéphane Ehles Télérama

« Je voulais raconter comment s'organise une révolte, comment se propage un sentiment de colère. Entrevue avec Kevin Lambert.  »

« J'aime les esthétiques du déraillement, du débordement, les irrégularités plutôt que la ligne droite. Entrevue avec Kevin Lambert
 »

« Sans complaisance, et faisant fi des tabous, Lambert enchevêtre — avec une cohérence qui force l’admiration — moult tableaux bien éclectiques, des scènes de sexe singulièrement explicites aux manifestations et réunions syndicales, en passant par des incursions dans le quotidien de ses nombreux protagonistes. »

Patricia Tadros Première heure Julien Fortin Le Sabord Les Libraires

« Entrevue entre Kevin Lambert et Claudia Larochelle.  »

« J'ai voulu explorer comment la colètre se verbalise, s'énonce dans la littérature. Entrevue avec Kevin Lambert.  »

« Roman coup de cœur de l'équipe d'Esprit critique. »

Claudia Larochelle Lire Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau C'est fou... Esprit critique

« Dans le top 100 des meilleurs livres québécois de l'année 2018. »

« Une intrigue explosive, travaillée à la hache, ou à la tronçonneuse si l’on préfère, qui emporte le lecteur dans ses emballements et ses outrances et qui en assure la puissance de transgression et de séduction. »

« On referme ce roman grisé, enragé et plus que jamais fasciné par le travail décomplexé et maîtrisé de l’auteur. »

Les Libraires Jacques Pelletier À babord Victor Caron-Veilleux Les Libraires

« La puissance du style de Lambert se confirme dans ce deuxième roman. »

« Sur fond de grève à la scierie de Roberval, Kevin Lambert met en scène des personnages qui bousculent à fond de train les discours de normalisation hétéronormatifs, capitalistes, chauvinistes et patriarcaux qui régentent les normes sociales. Une oeuvre brutale et bouleversante. »

« Querelle de Roberval est le journal de bord d'une déflagration sociale et romanesque à la fois tendre et féroce. »

Chantal Guy La Presse Anne-Frédérique Hébert-Dolbec Le Devoir Éric Chouan Mission Encre noire

« Il y a dans l'écriture de Kevin Lambert un style et du vocabulaire qui interpellent. Il y a aussi des mots crus et cruels, un regard impitoyable sur les personnages et les situations en cause. Âmes sensibles s'abstenir, mais pour tous les autres, le voyage sera palpitant. Liste des romans d'ici qu'on a adorés en 2018. »

« Mon roman fonctionne par excès, par débordement, par supplément... Entrevue avec Kevin Lambert. »

« ... une simple critique peut difficilement rendre compte de la richesse et de la profondeur de ce roman foisonnant, puissant et démesuré, à l’écriture emportée, enfiévrée, mais toujours maîtrisée. Lire Querelle de Roberval, c’est surtout une expérience qui s’approche de l’absolu, de ce qui se fait de mieux en littérature québécoise à l’heure actuelle. »

Blogue ICI Artv Catherine Emmanuel Brunet Les Herbes folles Nicholas Giguère LQ

« Simon Boulerice conseille la lecture de Querelle de Roberval. »

« Je crois que la littérature a sa propre manière de parler de politique. L'identification, par exemple, donne au lecteur un point de vue différent sur la situation, elle est peut-être même capable de le changer. Entrevue avec Kevin Lambert. »

« Je me sers de la parole furieuse comme une tonalité littéraire pour poser des questions sociales. Entrevue avec Kevin Lambert. »

Simon Boulerice Cette année-là Plus on est de fous, plus on lit! Samuel Larochelle Fugues

« Je me sers de la parole furieuse comme une totalité littéraire pour poser des questions sociales. Entretien avec Kevin Lambert. »

« J'essaie de faire de la littérature politique, et pour ça, selon moi, il faut qu'un livre provoque un choc et qu'il fasse naître des questions. Entrevue avec Kevin Lambert. »

« Querelle de Roberval de Kevin Lambert est bien plus qu'une fiction syndicale, c'est aussi un acte de piraterie littéraire assumé et fort réussi (le beau Querelle du titre est un héros de Jean Genet copié-collé dans ce décor québécois). L'oralité y est puissante, presque perverse, la langue experte, capable de tout. L'ensemble est empreint d'une violence explicite et sociale par ailleurs jamais gratuite. »

Samuel Larochelle Fugues Anne-Marie Gravel Le Quotidien Le Devoir

« Un roman qui a marqué ma rentrée littéraire ! »

« Les descriptions sont délicieuses, on s'y retrouve, on la voit, on la sent, cette région. »

« Pour son deuxième roman, Kevin Lambert n'a pas peur de provoquer. Inspiré par le héros du roman Querelle de Brest, de Jean Genet, il donne un second souffle au personnage de Querelle, mais le transpose dans un Québec aussi patriarcal qu'hétérosexuel. Vous aimerez le suivre dans ses plus ardents désirs... »

Quoi lire... en 90 secondes Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean Communications étudiantes universitaires de Chicoutimi Claudia Larochelle L'Actualité

« Ce que j'aime de cet auteur, c'est son écriture décomplexée, il ne fait pas de concession. Et en même temps, il a un humour vraiment fin. Il faut absolument lire ça. »

« Si vous aimez le sang et la bonne littérature, jetez-vous là-dessus ! »

« Excellent deuxième roman ! »

Geneviève Pettersen Esprit critique La soirée est encore jeune Philippe Fortin-Villeneuve Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean

«  Un cocktail Molotov lancé dans la vitrine du patriarcat et du capitalisme, mais aussi dans la vitrine bien astiquée de ceux qui pensent toujours être du bon côté. »

« C'est extrêmement bien écrit, c'est extrêmement recherché. »

« C'est à lire absolument. »

Dominic Tardif Le Devoir René Homier-Roy Culture Club Marie-Louise Arsenault Plus on est de fous, plus on lit!

« Kevin Lambert signe un roman social puissant qu’il plante, encore une fois, dans le paysage sauvage et sublime du lac Saint-Jean. »

«  Querelle de Roberval est l'affirmation d'un style, d'une oralité hautement poétique, pleinement assumée, jusque dans les fautes d'orthographe des pancartes des grévistes. L'écriture de Lambert est tellement vivante qu'on lit le roman d'une traite... On en sort meurtri et ravi. »

Nathalie Collard La Presse Chantal Guy La Presse

Du même auteur