Romans

My Paris

Dans la foule de la Ville lumière, une femme plus flâneuse que touriste se laisse absorber par l'univers qui s'offre à elle. Tantôt avec délectation, tantôt avec perplexité, elle consigne les rencontres, la misère des laissés-pour-compte, l'omniprésence des forces de l'ordre, le raffinement de la mode, des vins et de la nourriture. Elle déambule dans le Paris de Walter Benjamin et de Gertrude Stein, tout en contemplant, fascinée, le spectacle continuel qui défile sur l'écran du téléviseur ou à la fenêtre de son studio. Elle aimerait que coïncide davantage le Paris qui l'a fait rêver - celui des avant-gardes littéraires et politiques - avec cette ville remodelée par l'éclairage cru du présent.

My Paris, entre passé et présent, cadre très singulièrement l'illustre ville et nous la donne à voir et à entendre de manière étonnamment réelle.

«Qu'est-ce que Paris a de si particulier? Quand je reviens de cette ville, il m'arrive souvent d'être pris de panique: il faut que j'y retourne. Il faut absolument que j'y retourne. Mais s'il ne m'est pas possible d'avoir “mon Paris”, je prendrai volontiers celui tout en fragments de Scott: un nouveau type de roman qui secoue à la fois Paris et le genre littéraire.»  -Robert Glück, BookForum

Traduit de l'anglais par Julie Mazzieri

 

My Paris

244 pages

9782923511238

Gail
Scott

Revue de presse

« D'une poésie troublante, d'une belle modernité. »

« Scott s'approprie son Paris de l'intérieur. Elle le fait dans une langue nouvelle, rafraîchissante, remplie d'aspérités. »

« Ici, Paris 'vit', et Scott en a saisi l'esprit. »

Éric Paquin Voir Hans-Jürgen Greif Québec français Hans-Jürgen Greif Entre les lignes

« Un cumul de flashs. J’ai eu l’impression d’avoir vu des flashs qui s’éclairent sous la plume de Gail Scott. »

« Exploration postmoderne de la Ville lumière, My Paris prend la forme d'un carnet de voyage dont le rythme est fragmenté, comme dans l'urgence de noter tout ce qui se révèle sous les yeux de la narratrice. »

« Une sorte de faux carnet au style syncopé, semi-télégraphique, compte rendu impressionniste d'un séjour de plusieurs mois dans la capitale française. »

Lorraine Pintal Vous m'en lirez tant Le Libraire Christian Desmeules Le Devoir