Romans

MENTHOL

Une jeune femme aux prises avec des douleurs chroniques cherche à comprendre et à apprivoiser son mal. Depuis quelque temps, elle s’évanouit dans les lieux publics, sans que la médecine puisse l’expliquer. Des années plus tôt, elle a rompu avec sa mère, alors que cette dernière était hospitalisée. Tout semble pourtant la ramener à l’enfance, dans un univers clos, en tête à tête avec une mère qui passait ses journées en robe de chambre devant la télé, à fumer.

 

 

Parution le 19/02/20

MENTHOL

144 pages

9782898220029

Jennifer
Bélanger

Revue de presse

« La construction de ce premier roman, tout en subtilité et en nuances, en fait la force : elle reconstruit, grâce à plusieurs moments formateurs, toute la complexité d’une existence touchée par le drame. »

« Maniant l’art du récit avec une touche de poésie et de philosophie, Menthol est un roman qui se lit d’une traite, un incontournable de la rentrée hivernale. »

« Dans ce premier roman, Jennifer Bélanger entremêle avec sobriété plusieurs thèmes qui résonnent avec pertinence : douleurs physiques, liens générationnels féminins et marginalité sociale. »

Anne-Marie Bilodeau Les Libraires Cédric Trahan Les Méconnus Paul Kawczak Lettres québécoises

« À découvrir! »

« Entrevue avec Jennifer Bélanger.  »

« C’est une exploration intrigante et profonde de notre rapport au corps, à la maladie et à la mort que nous offre Jennifer Bélanger. Son écriture forte et fluide contribue à rendre la lecture de ce court récit très agréable: une fois ouvert, on ne veut plus le déposer. »

Anne-Marie Duquette, Librairie Poirier La gazette de la Mauricie Catherine Emmanuel Brunet Les herbes folles Myriam Vincent La Recrue

« Roman généreux en phrases puissantes, Menthol laisse parfois, à l’instar de plusieurs livres très brefs du même genre, l’impression d’une esquisse, mais force l’admiration dans son refus ferme du dénouement heureux, qui laisserait entendre que tout finit toujours par rentrer dans l’ordre (entre autres mensonges que l’on aime colporter au sujet des relations familiales). »

« La relation souvent compliquée, voire malsaine, avec la figure maternelle est un sujet quasi inépuisable en littérature. Avec Menthol, Jennifer Bélanger aborde cette question de plein fouet, dans une écriture vaporeuse, truffée d’images qui nous collent longtemps à la peau. »

Dominic Tardif Le Devoir Iris Gagnon-Paradis La Presse