Série P

Sur la 132

Le rythme effréné de sa vie de publicitaire à la mode est en train d'avoir la peau de Théo. L'insignifiante agitation de tous les instants lui bouche l'horizon. Il est temps pour lui de changer d'air. Sur un coup de tête, Théo, qui n'a encore jamais dépassé Québec, va louer une petite maison près de Trois-Pistoles, à 500 km de Montréal. Trouvera-t-il là-bas l'oxygène dont il a besoin?

Roman d'apprentissage, mais aussi roman d'atmosphère, Sur la 132 raconte l'univers dans lequel Théo tentera de se réinventer. Un livre rythmé, tendre et cruel à la fois, où Gabriel Anctil nous fait rencontrer une galerie de personnages, dont il sait rendre avec force toute la truculence.

"Irrévérencieux, mais jamais gratuitement, ce roman ne trahit à aucun moment la quête d'humanité qui le porte." - Éric Paquin, Voir

 

Paru le 06/05/13

Sur la 132

515 pages

9782923975139

Gabriel
Anctil

Revue de presse

« Gabriel Anctil parle de cette route mythique qu'est la 132, de la richesse du joual et de la beauté de la région. »

« Sur la 132, premier roman qui raconte comment, en cherchant un sens à sa vie, Théo renoue avec l'immensité du territoire québécois et retisse le fil entre les générations. »

« L’humour est partout dans ce livre-fleuve, qui offre de savoureuses réflexions (sur la propagation des rumeurs notamment), des scènes hilarantes (apothéose burlesque du souper spaghetti des Chevaliers de Colomb), des dialogues hallucinés, emblématiques de la bêtise urbaine et rurale. Irrévérencieux, mais jamais gratuitement, ce roman ne trahit à aucun moment la quête d’humanité qui le porte. »

Bon pied, bonne heure! Radio-Canada Gaspésie Josée Lapointe La Presse Éric Paquin Voir

« Quelque part entre Jack Kerouac, Michel Tremblay et Paul Auster, Sur la 132 nous révèle un romancier aussi attentif à la langue de ses personnages (les dialogues sont d’une justesse rare pour un premier roman) qu’à leurs mouvements (les déplacements géographiques comme les imperceptibles remous de l’âme). Anctil fait montre d’une virtuosité et d’une rigueur remarquables lorsqu’il jongle avec les niveaux de la »

« Le premier roman de Gabriel Anctil transcende les clichés et les lieux communs et construit une oeuvre intelligente et singulière. À l'image de cet aparté loin de chez lui que s'offre Théo, le roman prend son temps. Une partie de hockey, un souper entre voisins, un joint sur le bord de la route: tout peut s'étendre en pages et en pages. Rien ne presse. Cette lenteur est ici réussie parce que les personnages sont tout en relief, en couleurs et en nuances. »

« Par le biais de Sur la 132, Gabriel Anctil expose sa vision du Québec d'aujourd'hui et se défend bien d'avoir dépeint un portrait idéalisé de la région. »

Stanley Péan Revue Les Libraires Marie-Michèle Giguère Lettres québécoises Marie-Josée Roy TVA NOUVELLES

« Gabriel Anctil propulse le lecteur dans un roman sincère aux dialogues vifs, où l'humour n'est pas laissé pour compte. Définitivement une belle lecture estivale! »

« J’ai lu en trois jours ce que le jeune romancier a mis plusieurs années à écrire, ce qui est le plus beau compliment qu’on puisse faire à un auteur. Moi qui déteste les dialogues téléromanesques (Bonjour comment ça va? Bien, toi? Pas pire, pas pire...) j’ai traversé les siens avec plaisir, et j’ai galopé à travers les 550 pages d’un roman où il ne se passe pas grand-chose en jouissant de ces poi »

Les Libraires Jean Barbe Le Journal de Montréal

Du même auteur