Romans

Barbe

L’air, le vent, le varech, les vagues. Le mont Saint-Pierre veille sur un petit village de Gaspésie bordé par l’eau salée du fleuve. L’hiver, les hommes partent chasser ou couper du bois dans la forêt. À leur retour, ils se rasent la barbe et font des enfants.

1944, l’homme de la maison n’est pas là. Il n’est jamais revenu depuis qu’il a remarqué la singulière pilosité de sa fille. Il est vrai qu’une jeune fille de onze ans affublée d’une barbe n’a rien de banal. Et les rideaux de plus en plus épais qu’installe la mère aux fenêtres intriguent autant qu’ils dissimulent.

Finaliste au Grand Prix littéraire Archambault 2016

Finaliste au Prix du CALQ - Oeuvre de la relève à Montréal 2016

 

Barbe

138 pages

9782923975740

Julie
Demers

Revue de presse

« 

Magique, beau, qui enchante... un tourbillon dans lequel on entre et dont il est difficile d'émerger.

Un premier roman qui rappelle autant La petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy qu'une version - féministe peut-être - du Torrent d'Anne Hébert.

 »

« Barbe est portée par une langue magnifique. Julie Demers a créé un conte qui célèbre l'humanité fragile... une allégorie poétique, d'une surprenante universalité. »

« Un roman audacieux d’un jeune et grand talent. Il y a dans Barbe des éclairs de génie, une narration et un style inhabituels, un sujet faisant preuve d’une imagination fertile et vive, féministe à souhait, où l’amusement ne l’emporte pas nécessairement sur le sérieux. »

Les herbes folles Marie-Michèle Giguère Lettres Québécoises Hans-Jürgen Greif

« Julie Demers signe un premier roman sur le besoin viscéral de faire partie de la meute, sur la fragilité de chacun face au jugement de sa communauté, voire de son époque. »

« Un récit au style agréable et poétique, dont la trame pourrait faussement paraître élémentaire, serti de nombreuses clés de lecture symboliques touchant autant la féminité que le vivre-ensemble. »

« Intrigant, puissant, oppressant... et onirique. »

Chantal Fontaine Les Libraires La Presse Bryan St-Louis Épilogue (CKIA)

« Sibylline prière sylvestre, conte sur la cruauté, carnet de voyage d'une insoumise: Barbe se rapièce un ton singulier par des touches de naturalisme cru, de surréalisme boréal et d'anthropomorphisme onirique. »

« Une des perles de la rentrée, au style fort, sauvage. »

« Une oeuvre singulière qui n'est pas une histoire de victimisation, mais bien d'ouverture à soi et aux autres. »

Dominic Tardif Le Devoir Lisanne Rheault-Leblanc Nightlife Collections

« Barbe parmi les titres québécois les plus attendus de la rentrée littéraire. »

« Dépaysant... inventif... étonnant... »

Samuel Larochelle Huffington Post Chloé Leduc-Bélanger Les méconnus