Romans

Le coeur des cobayes

Ma chérie du futur,

Si tu me cherches, je suis enfermé au centre d’études pharmacologiques. Parmi les cobayes, il y a le ronfleur, le petit comique, le grand trentenaire en pantalon Adidas, la mère et la fille qui ont l’air d’être des sœurs… Et Linda. Son numéro, c’est le 24, et le mien, le 25. Je suis donc souvent avec elle. Mais ne sois pas jalouse : je lui casse régulièrement les oreilles avec toi, ton immatérialité, etc. De toute façon, elle a un amant, le faux chicano, que je lui ai conseillé de remplacer par mon ami Clown, le roi des caniches en ballons. Comme tu vois, je m’occupe du mieux que je peux dans l’unité 2. Mais l’oxycodone, les prises de sang, les repas à heures fixes, les allers-retours au dortoir ne suffisent pas à tuer le temps qui me sépare de toi.

Le coeur des cobayes

102 pages

9782923975832

Grégory
Lemay

Revue de presse

« Un roman à l'aura trouble d'un auteur qui sait choisir ses sujets. »

« 

Un roman sous forme de lettre délirante qui ouvre une réflexion sur notre rapport à la souffrance et à cette tendance sociétale à l'anesthésie psychique.

 

 »

« Une lecture recommandée pour ceux et celles ayant particulièrement apprécié Le homard de Yorgos Lanthimos. »

Josée Lapointe La Presse + Jennifer Beaudry Collections Lettres Québécoises

« Grégory Lemay, un auteur qui ne recule devant rien...

 

Entrevue. »

« Une histoire racontée avec une verve formidable, dont l’intelligence et la badinerie nous rappellent parfois Sol. Effet secondaire possible : du bonheur. »

« Les mésaventures désopilantes du Cœur des cobayes méritent toute notre reconnaissance : on y repensera à deux fois avant de prêter son corps à la science.

 

 »

Marie-Louise Arsenault Plus on est de fous, plus on lit Lisanne Rheault-Leblanc Nightlife Martine Desjardins L'actualité

« Une oeuvre littéraire buzzante où l'union entre deux indociles se transformera en rempart contre les violences d'un monde pourri. Grégory Lemay transforme sa dystopie sous analgésique en conte sur l'affranchissement de toutes les servitudes que permet l'amour. »

Dominic Tardif Le Devoir

Du même auteur