Noir

Le dragon de Saint-Hyacinthe

Une maison cossue en bordure du parc Dessaules a été le théâtre d’un violent incendie, et le corps calciné de son propriétaire est retrouvé à l’intérieur. Il s’agit de nul autre que Danny Dragon, célèbre chanteur des Mégavolts, le groupe yéyé de l’heure. Pour Cyrille Carignan, chef de la police de Saint-Hyacinthe, cela signifie deux choses : 1) qu’il peut dire adieu à son week-end de golf ; 2) que sa fille Sylvie, une mégafan des Mégavolts, sera inconsolable.

Lorsqu’on retrouve un petit criminel au volant de la voiture de la victime, Cyrille est bien tenté, comme tous ses collègues, de l’accuser du meurtre et de classer rapidement le dossier. Mais quelque chose lui dit que l’affaire est beaucoup plus compliquée que ça. Avec l’aide du caractériel agent Truchon, il remuera ciel et terre pour retrouver l’assassin pyromane.

Premier polar pour Pierre Breton, Le dragon de Saint-Hyacinthe fait revivre la ville qu’on nomma la « Liverpool du Québec » dans les années 1960. Avec humour et acuité, il dresse le portrait de deux générations, l’une qui s’extirpe à peine du joug de la religion en se trémoussant sur des airs yéyé, l’autre encore bien enracinée dans des traditions parfois délétères.

Paru le 21/05/21

Le dragon de Saint-Hyacinthe

192 pages

9782898220562

Pierre
Breton

Revue de presse

« Le roman est plein d’humour et fait revivre des pans de la société québécoise et maskoutaine de l'époque. »

« Tous les ingrédients sont rassemblés pour apprécier un polar original divertissant, une fiction bien ficelée et bien écrite. »

« On retrouve dans ce roman tous les codes d'un bon polar.[...]Ceux qui connaissent l'auteur y retrouveront son humour truculent et son sens de la répartie. On ne s'attendait pas à moins. p. 4 »

Marie Tison La Presse Michel Roberge Polars et romans noirs André Boutin Beauce Média

« Un dénouement qui ne manque pas de piquant. »

« Amusez-vous : cette nouveauté vous enchantera et vous rappellera certainement quelques souvenirs! »

« L’auteur de Sous le radar et du Zouave qui aimait les vélocipèdes propose un premier polar efficace, charmant et un brin fantaisiste. (p. 81) »

Norbert Spehner Christophe Rodriguez Polar, noir et blanc Les Libraires